Accord d'entreprise "Activité partielle de longue durée" chez APERAM ALLOYS IMPHY (Siège)

Cet accord signé entre la direction de APERAM ALLOYS IMPHY et le syndicat CFE-CGC et CFDT et CGT le 2020-11-05 est le résultat de la négociation sur les autres dispositifs d'aménagement du temps de travail, divers points.

Périmètre d'application de la convention signée entre l'entreprise et le syndicat CFE-CGC et CFDT et CGT

Numero : T05820000563
Date de signature : 2020-11-05
Nature : Accord
Raison sociale : APERAM ALLOYS IMPHY
Etablissement : 44032669200025 Siège

Autres points : les points clés de la négociation

La négociation s'est portée sur les thèmes suivants

Conditions du dispositif autres points pour les salariés : le texte complet de l'accord du 2020-11-05

ACCORD PORTANT SUR LA MISE EN PLACE DE L'ACTIVITÉ RÉDUITE POUR LE MAINTIEN DE L’EMPLOI AU SEIN DE LA SOCIÉTÉ APERAM ALLOYS IMPHY

Entre la société Aperam Alloys Imphy, société dont le siège social est situé Avenue Jean Jaurès à Imphy, représentée par XXXX, agissant en qualité de Directeur d’établissement et par YYYY, agissant en qualité de Directrice des Ressources Humaines,

d’une part,

Et les organisations syndicales représentatives représentées par :

XXX en sa qualité de déléguée syndicale CFDT,

XXX en sa qualité de délégué syndical CFDT,

XXX en sa qualité de délégué syndical CGT,

XXX en sa qualité de délégué syndical CGT,

XXXX en sa qualité de délégué syndical CFE-CGC,

D’autre part,

Il a été convenu ce qui suit,

Préambule :

Le présent accord, vise à encadrer le recours au dispositif d’activité réduite pour le maintien en emploi (ci-après « ARME ») au sein de la société Aperam Alloys Imphy. Il s’inscrit dans le cadre de l’accord national de branche du 30 juillet 2020 relatif à l’activité réduite pour le maintien en emploi dans la métallurgie ainsi que dans le cadre des dispositions légales et réglementaires issues de la Loi n° 2020-734 du 17 juin 2020 et du Décret n° 2020-926 du 28 juillet 2020, Décret n°2020-1188 du 29 septembre 2020 relatif à l’activité partielle et au dispositif spécifique d'activité partielle en cas de réduction d'activité durable, les Décrets n° 2020-1316 et n° 2020-1319 du 30 octobre 2020 relatif à l'activité partielle et au dispositif d'activité partielle spécifique en cas de réduction d'activité durable .

Le présent accord résulte de la volonté des signataires de s’inscrire dans une dynamique de maintien dans l’emploi après avoir été très durement impactée par la crise sanitaire mondiale Covid.

Aussi, les parties se sont rapprochées afin de conclure un accord permettant à la société Aperam Alloys Imphy d’adapter son fonctionnement aux conséquences économiques et sanitaires de la crise sanitaire pour lui permettre de préserver sa compétitivité et de limiter les impacts sur les emplois et les compétences.

La société est confrontée à une baisse importante d’activité, qui va perdurer dans le temps et nécessiter l’adaptation de son fonctionnement. Le recours à ce dispositif est rendu nécessaire pour gérer cette baisse d’activité eu égard à la situation économique actuelle de la société, de la conjoncture d’incertitude, ainsi que par les perspectives d’activité élaborées à ce jour se basant sur une reprise de croissance potentielle autour de début 2022 et avec les informations disponibles à ce jour.

Effectivement, face à la crise sanitaire “Covid-19” qui a fortement impacté les activités commerciales et industrielles de la société Aperam Alloys Imphy, la société a été amenée à prendre des mesures de réduction de ses activités et utiliser le mécanisme de l’activité partielle proposée par le gouvernement.

Il ressort du bilan actuel que les activités de la société Aperam Alloys Imphy risquent d’être longuement impactées par cette crise sanitaire au regard notamment des marchés internationaux décrits ci-dessous, tout en entrevoyant avec les éléments connus à ce jour une reprise potentielle progressive autour de début 2022.

La situation de surcapacité mondiale apparue de manière brutale chez tous nos concurrents exerce une pression très forte à la fois sur nos volumes à produire et sur nos prix de vente. Notre accord doit viser impérativement à renforcer l’excellence opérationnelle sous tous ses aspects : qualité, tenue des délais et maîtrise des dépenses au regard des niveaux d’activité qui pourront varier vite et fortement.

La crise sanitaire a mis début 2020 un brusque coup d’arrêt de la croissance prévue sur 2020.

  • Forte baisse de la demande mondiale attendue sur 2020 (env. -22%)

  • Des segments majeurs très touchés:

    • Aéronautique (-41%)

    • Oil & Gas (-27%)

    • Automobile (-22%)

  • 3eme et 4eme trimestre 2020 seront les plus touchés par le ralentissement de la demande et les ajustements de carnet

  • Une remontée lente et une année globale 2021 du niveau de 2020 :

  • Faiblesse persistante de l’Aéronautique (=2020)

  • Pétrole : coup de frein sur les investissements

  • Redémarrage très progressif de l’Automobile et des marchés électriques et électroniques

  • Encore beaucoup d’incertitudes sur le niveau réel de la demande finale

  • Une année 2021 avec une évolution inverse à 2020 avec les éléments connus à ce jour :

    • T4 2020 sera à un niveau de demande extrêmement faible auquel s'ajouteront les ajustements de stocks de fin d’année chez un certain nombre de nos clients

    • T1 2021 sera probablement similaire à T4 2020 avec toujours une faiblesse de la demande

    • T2 devrait connaître un début de reprise car les stocks clients auront été largement adaptés

    • T3 et T4 devraient confirmer cette reprise sur nos marchés principaux : pétrole (Fils), automobile (Feuillards & Fils) et génie électrique (Feuillards)

    • Les volumes d’Invar pour méthaniers devraient en 2021 rester à un bon niveau mais inférieurs à 2020 qui constituera un point haut dans la série historique. La longueur du cycle de fabrication des méthaniers (18 mois ) permet d’avoir une bonne vision sur ce marché car nos fournitures pour les cuveries interviennent dans la fin de la construction des navires.

En synthèse, notre sujet consiste à réduire très fortement la voilure pour résister dans la période de crise très intense qui s’ouvre devant nous, tout en gardant suffisamment de compétences pour rebondir très vite lorsque les prémices de la reprise seront visibles.

Ainsi la mise en place du dispositif ARME devra permettre à Aperam Alloys Imphy de renforcer son positionnement dans un contexte fortement concurrentiel, notamment en axant ses efforts sur les attentes des clients et son niveau de compétitivité.

Le présent accord est applicable au sein de la société Aperam Alloys Imphy.

Sommaire :

  • Article 1 : Activités et salariés bénéficiaires du dispositif

  • Article 2 : Réduction de l'horaire de travail et prise des jours de repos et congés

  • Article 3 : Modalité d'indemnisation des salariés en activité réduite

  • Article 4 : Engagements en matière d’emploi et formation professionnelle

  • Article 5 : Leviers de compétitivité

  • Article 6 : Durée de l’accord

  • Article 7 : Clause de suivi et clause de rendez-vous

  • Article 8 : Révision

  • Article 9 : Formalités et dépôt

Article 1 – Activités et salariés bénéficiaires du dispositif

Le présent accord concerne l’ensemble des activités de la société Aperam Alloys Imphy et tous les salariés de la Société sont concernés par le dispositif d’activité réduite pour le maintien en emploi.
Au cours de la période couverte par le présent accord, le CSE sera informé avant l’utilisation de l’activité partielle des outils, ateliers et éventuelles populations concernées avec le volume d’heures attachées.

Tout nouvel embauché en cours d’accord bénéficiera automatiquement de cet accord.

Article 2 – Réduction de l'horaire de travail et prise des jours de repos et congés

Sur la durée totale d’application du présent dispositif, la réduction de l’horaire de travail ne peut être supérieure, en moyenne, à 30% maximum de la durée légale du travail. La réduction s’apprécie salarié par salarié.

Le volume d’activité partielle sera échangé mensuellement en CSE ordinaire et défini par grands secteurs d’activité.

Il sera porté une attention particulière aux objectifs individuels fixés pour l’année 2021 qui doivent tenir compte de l'organisation en activité partielle.

Les signataires conviennent qu’en cas de suppression d’un jour d’activité partielle planifié, le délai de prévenance sera au moins à J-2.

En application de l’accord de Groupe Aperam temps de travail (article 53 notamment), il est rappelé que dans le cadre du recours à l’activité partielle, les jours de congés et de repos peuvent venir limiter le recours à l’activité partielle. Dans ce contexte, l’intégralité de ces jours doivent être planifiés sur l’année et ne pourront pas alimenter le Compte Épargne Temps (CET).

Les articles 17.2.2 et 17.3 de l’accord Temps de travail précisent les modalités de planification par trimestre notamment.

Article 3 – Modalité d'indemnisation des salariés en activité réduite

L’ensemble des modalités d’indemnisation prévues dans le présent article sont conditionnées au maintien des conditions légales et réglementaires d’indemnisation de l’activité partielle en vigueur au moment de la signature du présent accord.

Dans le cadre de la volonté commune de permettre d'atténuer l'effet de l'activité partielle pour les salariés concernés, il est convenu entre les parties dans le cadre de cet accord de majorer de 10 points l'indemnisation des salariés ceci dans le cadre des conditions actuelles d'activité partielle.

Les salariés concernés par l’activité partielle, quel que soit leur statut, recevront une indemnité horaire correspondant à 80% de leur rémunération brute servant d'assiette au calcul de l'indemnité de congés payés telle que prévue au II de l'article L. 3141-24 du code du travail ramenée à un montant horaire sur la base de 35 heures ou de la durée collective du travail associée au régime des salariés concernés.

Après échanges avec les partenaires sociaux, il a été décidé de neutraliser l’impact de l’activité partielle outre les dispositions légales :

  • sur le versement de la prime annuelle garantie et la prime annuelle récurrente
  • sur l’acquisition des droits à congés payés sans abattement
  • sur l’attribution des JRTT
  • sur le calcul du 13ème mois
  • sur les indemnités de départ (licenciement, retraite)

  • sur l’intéressement et la participation

  • sur les gratifications médailles

Pour les salariés dont la rémunération est inférieure à 4,5 fois le SMIC, si l’indemnité globale, à savoir la somme de l’indemnité de l’activité partielle et du complément versé par l’employeur, dépasse 3,15 fois le taux horaire du salaire minimum interprofessionnel de croissance, la part de l’indemnité complémentaire supérieure à 3,15 fois le SMIC horaire (valeur en 2020 : 31,98 €) est soumise à cotisations sociales de droit commun.

Pour les salariés dont la rémunération est supérieure à 4,5 fois le SMIC, c’est la totalité de l’indemnité complémentaire qui est soumise à cotisations et contributions de droit commun.

Les salariés indemnisés au titre de périodes d’activité partielle bénéficient de points retraite complémentaire au delà de la 60eme heure indemnisée. Ces points complètent les points cotisés obtenus pendant l’année de survenance de l’activité partielle.

Dans le cas d'une évolution des dispositions légales et réglementaires, les nouvelles modalités d'indemnisation et les garanties associées s'appliqueront de plein droit aux salariés bénéficiaires du présent dispositif.

Article 4 – Engagements en matière d’emploi et formation professionnelle

L’ensemble des principes et actions de l’accord GPEC du groupe Aperam du 22/12/2015 toujours en vigueur poursuivent leur application.

  1. Engagements en matière d’emploi

L’employeur s’engage à maintenir les emplois de l'ensemble des salariés de la société Aperam Alloys Imphy à compter du début du recours au dispositif d’activité réduite et, pour chaque salarié concerné, durant la durée d'application du dispositif telle que définie à l’Article 6.

Le maintien de l’emploi s’entend comme l’engagement de l’employeur pour l’ensemble des emplois de la société Aperam Alloys Imphy de ne pas procéder à la rupture du contrat de travail pour l'un des motifs économiques visés à l'article L. 1233-3 du Code du travail.

Ceci ne remet pas, par exemple, en cause la possibilité de recourir à des ruptures conventionnelles individuelles.

  1. Engagements en matière de formation professionnelle

Afin de faire face aux enjeux d’agilité de nos organisations pour conserver notre compétitivité dans un contexte économique mondial en évolution permanente et rapide, le management des compétences est une priorité pour Aperam Alloys Imphy.

Il est important d’accompagner par la formation les évolutions des emplois.

La formation professionnelle est un outil essentiel pour permettre aux salariés de maintenir et développer leurs compétences. Aperam Alloys Imphy s’engage donc à proposer des actions de formation inscrites dans le plan de développement des compétences de l’entreprise aux salariés relevant des activités concernées par le dispositif d’activité réduite.

Aperam Alloys Imphy a depuis plusieurs années un challenge de transfert de savoir-faire, de consolidation et de progression des compétences eu égard au fort renouvellement des compétences de 2010 à 2019 (près de 450 CDI embauchés, 50% du personnel a moins de 10 ans d’ancienneté).

Son Ecole des métiers des Alliages (EMA) constitue l’un des socles clé du déploiement du plan de formation.

Par ailleurs, l’employeur s’engage à poursuivre l’accompagnement des salariés qui souhaitent bénéficier des dispositifs de formation tels que le CPF, le CPF de transition professionnelle et la validation des acquis de l’expérience.

L’entreprise développe tous ses efforts afin de permettre que les compétences de ses salariés soient maintenues à jour tout au long de leur vie professionnelle. Elle doit favoriser l’acquisition des nouvelles compétences rendues nécessaires par l’évolution des organisations et des métiers. Cet objectif concerne l’ensemble des salariés indépendamment de leur âge et de leur parcours professionnel.

Le plan de développement des compétences 2021 appuie nos ambitions en termes de Leadership Santé, Sécurité, Environnement, Satisfaction Client, Démarches de Progrès Continue et Qualité, Développement et Transmission de nos savoir-faire. De même, il faut poursuivre l’accompagnement de la transformation de nos organisations liée à la digitalisation, l’automatisation de certaines activités et l’adaptation que cela implique dans nos méthodes de travail.

Notre démarche de capitalisation des savoirs est un atout pour faciliter l’apprentissage.

Ainsi, les actions de tutorat doivent se poursuivre et continuer à se développer dans tous les secteurs. Les tuteurs continueront d’être accompagnés afin d’acquérir la compétence pour transmettre leur savoir-faire de manière structurée et pédagogique, et d’être en capacité d’évaluer chaque apprenant.

Article 5 : Leviers de compétitivité

Notre modèle interne est fondé sur l’agilité, l’orientation client, l’expertise métallurgique et la performance opérationnelle. La réactivité reste de mise pour répondre aux besoins en temps réels de nos clients et ce dans un contexte de nécessaire maîtrise des coûts.

Les parties conviennent que pour faire face à la concurrence et l’évolution de nos marchés et la reprise post crise sanitaire, les démarches impliqueront de poursuivre la dynamique d’adaptation aux volumes et au contexte, à travers des actions comme :

  • Adapter les régimes de travail et les organisations du travail à la hausse ou à la baisse d’activité par outils ou secteurs grâce aux dispositions déjà prévues dans l’accord Temps de travail et ce, lorsque le contexte l’exige au regard du service client

  • Accompagner la polyvalence des salariés sur différents métiers ou domaines d’expertises afin de favoriser les mobilités internes ou affectation sur plusieurs outils/activités

  • Progresser sur nos performances opérationnelles, fiabilité, qualité, service client

  • Développer la mobilité interne au site

Les parties s’engagent également à promouvoir auprès des salariés la connaissance de l’actualité de notre société, des contraintes et opportunités, pour assurer pérennité et croissance.

Article 6 – Durée de l’accord

Le présent accord est conclu pour une durée déterminée de 12 mois.

Il prendra effet le 1er janvier 2021 et cessera de plein droit à l’échéance de son terme, soit le 31 Décembre 2021.

À cette date, le présent accord ne se transformera pas en accord à durée indéterminée.

Article 7 - Clause de suivi et clause de rendez-vous

En complément des informations sur la situation économique, le contexte, le carnet de commande qui sont partagées avec le CSE, un point de situation sera fait tous les mois avec les signataires du présent accord et le CSE sur le suivi et l’utilisation du dispositif ARME .

Il est entendu que les informations seront données aux membres du CSE lors des instances mensuelles et en temps réel si les circonstances le nécessitent (information par mail par exemple).

Par ailleurs, un bilan du respect des engagements, un diagnostic actualisé de la situation économique et des perspectives d’activité de la société ainsi que le procès verbal de la dernière réunion au cours de laquelle le CSE a été informé sur la mise en œuvre du dispositif sera transmis tous les six mois au Préfet.

Article 8 – Révision

Le présent accord pourra être révisé pendant sa période d’application. Toute modification fera l’objet d’un avenant dans les conditions prévues par la loi.

Dans ce cas, l’avenant sera soumis aux formalités de dépôt visées à l’article 9 ci-dessous.

Article 9 – Formalités et dépôt

Le texte du présent accord sera soumis à la validation de l'administration.

En application de l’article 53 de la loi n° 2020-734 du 17 juin 2020, l'autorité administrative notifie la décision de validation dans un délai de 15 jours à compter de la réception du présent accord.

Il est précisé que le silence gardé par l'autorité administrative pendant le délai de 15 jours vaut décision de validation. Dans ce cas, l’entreprise transmettra une copie de la demande de validation, accompagnée de son accusé de réception par l'administration, aux organisations syndicales signataires.

La décision de validation vaut autorisation d’activité réduite pour le maintien en emploi pour une durée de six mois. L’autorisation doit être renouvelée par période de six mois.Le présent accord sera déposé conformément aux dispositions légales ainsi qu’au greffe du Conseil des Prud’hommes de  Nevers

Fait à Imphy le le 5 novembre 2020

Pour les organisations syndicales Pour la Direction

Pour la CFE-CGC, Chef d’établissement,

Pour la CGT, DRH,

Cédric Leger

Pour la CFDT,

ANNEXE

https://lh6.googleusercontent.com/L_sbODTqavEs0y_Ty90uNUkAkSwiPW0HRj0P2QltrqQS5hGibcclwqJIH8mJ-hnRf2JYPMc1CXcrnvbCy8dvMI-ohn1iD8Uajtx1UgWAoCZBIiUjqJXDTN3ytiLtlfLWehX3ZFM-

https://lh3.googleusercontent.com/iML873biIWo41JvZcWjYzMITbmf_zRG9G40DYrOEovYhhdcAihkkH-vN6GGla9O4qzLxRyohp0QIqQP5Cwf3i1Mg7SxmPnet9IA2o71Q9Ezr-L-Mn21HremkiEBVNRXkD-nXCK1F

Source : DILA https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/acco-accords-dentreprise/